Comprendre la RT 2012

Réglementation thermique dans le neuf L’isolation des combles dans les bâtiments neufs et résidentiels est régie par la Réglementation Thermique 2012.

Depuis le 1er janvier 2013 (date de dépôt du permis de construire), tous les bâtiments neufs doivent être des Bâtiments à Basse Consommation, respecter une consommation maximale d’énergie primaire de 50kWh/ m2.an en moyenne et présenter un coefficient bioclimatique Bbiomax (exigence d’efficacité énergétique du bâti en dehors des équipements mis en œuvre). L’enveloppe du bâti se doit donc d’être à haute performance.

Pour l’isolation des parois opaques, les résistances thermiques conseillées doivent ainsi être supérieures ou égales à R= 8 m².K/W en combles et R=4m2.K/W en murs et planchers pour tenir l’objectif de basse consommation d’énergie du projet.

Pour tout savoir sur la RT 2012

Réglementation thermique pour les bâtiments existants La Règlementation Thermique sur l’Existant (arrêté du 3 mai 2007), en vigueur depuis 2007, impose des valeurs de résistances thermiques minimales lors des travaux d’isolation thermique.

Le R minimum règlementaire à mettre en œuvre pour l’isolation en rénovation est de :

• R= 4m².K/W pour les combles aménagés (pentes de toit inférieures à 60°C)

• R= 4.5m2.K/W pour les combles perdus.

Toutefois, pour ouvrir droit au crédit d’impôt, les travaux d’isolation doivent :

• être réalisés par une entreprise (fourniture et pose),

• être réalisés dans une résidence principale,

• respecter a minima une résistance thermique R= 6 m².K/W en combles aménagés et R = 7 m².K/W en combles perdus.

Les règles de l’art pour l’isolation des combles : le CPT 3560 et le DTA Isolation des combles Le Cahier des Prescriptions Techniques CPT n°3560 du CSTB est le document de référence pour l’isolation des combles réalisée avec des isolants en laine minérale qu’il agisse de combles aménagés ou de combles perdus. Un autre document de référence vient préciser les exigences pour l’isolation des combles avec les produits en laine minérale Isover, le DTA Isolation des combles. Pour des travaux d’isolation dans le neuf comme d’isolation en rénovation, ces deux documents sont indissociables pour une réalisation dans les règles de l’art. Quelles obligations impliquent ces documents ?

CPT n°3560-v2

Obligations communes aux combles aménagés et combles perdus

• obligation d’installer un écran de sous toiture HPV en neuf ou en cas de rénovation lourde (avec dépose de la couverture pour réfection)

• conservation ou création d’un système de ventilation du comble, général et permanent

• obligation de mettre en place une membrane indépendante et continue d’étanchéité à l’air en isolation de combles aménagés et en combles perdussi le plancher n’est pas étanche à l’air, avec traitement des points singuliers.

Obligations complémentaires en combles aménagés :

• entre chevrons : pose d’une isolation en laine minérale rigide ou semi-rigide de lambda inférieur ou égal à 0.036W/(m.K) et ayant une résistance thermique minimale de R=1.65 m².K/W.

• sous chevrons : pose d’une isolation en laine souple ou semi rigide assurant la résistance thermique principale (laine semi-rigide obligatoire en rénovation).

DTA Isolation des combles

En l’absence de DTU pour l’isolation des combles, le CPT 3560-v2 décrit les règles de mise en œuvre communes à une famille de produits donnée, ici les produits en laine minérale. Le DTA Isolation des combles se réfère au CPT 3560-v2 en apportant des précisions sur l’isolation des combles avec les isolants Isover.

Obligations introduites par le DTA Isolation des combles :

• Entre chevrons ou fermettes : exigences identiques au CPT 3560 (voir ci-dessus)

• Sous chevrons ou fermettes : l’isolation en laine mise en oeuvre se doit d’être au minimum semi-rigide, de lambda inférieur ou égal à 0.038W/(m.K) et de respecter les exigences de la réglementation thermique en vigueur pour le projet (RT 2012 pour tout projet dans le neuf et au minimum RT pour les Bâtiments Existants ou RT par éléments pour la rénovation, hors rénovation lourde).

• Tolérance d’épaisseur : en application en rampants de toiture (combles aménagées ou toiture mono-pente), les isolants de classe de tolérance d’épaisseur T1 sont exclus. C’est-à-dire que tout isolant souple de lambda supérieur ou égal à 0.040W/(m.K) ne doit être utilisé qu’en isolation de combles perdus (plancher de comble ou isolation de plafond entre solives).

Le système Vario Confort permet de respecter à la fois les exigences du DTA Isolation des combles et celles du CPT 3560-v2. La membrane Vario Duplex permet d’assurer à la fois les fonctions de pare vapeur et de membrane d’étanchéité à l’air réglementaires pour les combles aménagés (usage également possible et validé par Avis Technique pour le climat de montagne). En combles perdus, la membrane Stopvap permet d’assurer l’étanchéité à l’air des planchers sous une isolation en laine souple.

Incitations fiscales

Les travaux d’isolation des combles peuvent bénéficier sous certaines conditions (dont fourniture et pose impérative par un professionnel dans une résidence principale achevée depuis plus de 2 ans) :

• du crédit d’impôt pour le développement durable,

• de la TVA à taux réduit ou TVA à 5.5%,

• d’un financement par l’éco Prêt à Taux Zéro (dans le cadre d’un bouquet minimum de 2 travaux éligibles).

ACTIS

TRISO-SUPER 12

Bénéficie d’un avis technique.

Certification BIPS-0105 délivré par BM TRADA Certification.

Applications

Sous chevrons

Sur chevrons

Sur volige

Murs par l’intérieur

Caractéristiques techniques

  •  Répond à la RT 2012:
  •  performance thermique
  •  étanchéité à l’air
  • confort d’été

Le + :

  • Bords décalés
  • Anti-éblouissement
  • Classé A+ selon la norme ISO 16000 d’émission de COV
  • COMMUNIQUE DE PRESSE
  • Paris, le 7 novembre 2011
  • BATIMAT 2011 : ACTIS PRESENTE SES DEUX NOUVEAUX ISOLANTS
  • CONFORMES A LA RT 2012

A l’occasion de l’édition 2011 du salon BATIMAT – Paris – Porte de Versailles, du 7 au 12 novembre, ACTIS présente deux nouvelles solutions d’isolation répondant aux exigences de la RT 2012 : TRISO-SUPER 12, le premier isolant mince certifié sur la base de tests en situation réelle et COMPACTIS, le premier panneau d’isolation hybride.

Alors que la Réglementation Thermique 2012 vient d’entrer en vigueur pour tous les bâtiments neufs à usage de bureau et d’enseignement, les établissements d’accueil de la petite enfance et les bâtiments à usage d’habitation construits en zone ANRU, ACTIS lance deux nouvelles solutions d’isolation qui répondent parfaitement aux 3 exigences de performance thermique, étanchéité à l’air et confort d’été de la nouvelle réglementation.

TRISO-SUPER 12, le premier isolant mince réflecteur certifié sur la base de tests en situation réelle

TRISO-SUPER 12 bénéficie du premier avis technique BIPS-0105 délivré par le laboratoire anglais

BM TRADA Certification sur la base de tests en conditions réelles d’utilisation.

Un avis technique reconnu en France

BM TRADA Certification est un organisme de certification indépendant spécialisé dans le secteur du bâtiment depuis plus de 35 ans. Basé au Royaume-Uni, il emploie 250 personnes et oeuvre dans plus de 70 pays. Membre de l’EOTA1 et donc habilité à instruire et à délivrer des Agréments Techniques Européens, BM TRADA Certification est aussi le premier laboratoire européen accrédité en Europe pour délivrer des certifications basées sur un référentiel de tests en situation réelle.

Depuis juillet 2011, le référentiel BIP-001 de tests en situation réelle développé par BM TRADA Certification est accrédité par l’UKAS2, l’organisme national d’accréditation au Royaume-Uni. Cette accréditation, accordée après un audit de 5 ans réalisé par un collège d’experts indépendants, est une attestation de la compétence, de l’impartialité, et de l’indépendance d’un organisme de certification au regard des normes en vigueur.

Comme le COFRAC3 en France, l’UKAS exerce une activité de puissance publique. Les performances des isolants certifiés par BM TRADA Certification sur la base du référentiel accrédité par l’UKAS, sont donc incontestables.

Selon le principe de reconnaissance mutuelle entre l’UKAS, le COFRAC et les 33 organismes d’accréditation membres de l’EA (European cooperation for Accreditation), les certifications délivrées par BM TRADA Certification selon le référentiel accrédité sont reconnues par les autorités françaises.

Une solution conforme à toutes les exigences de la RT 2012

Destiné à l’isolation des toitures et des murs par l’intérieur, TRISO-SUPER 12 est une solution qui répond à la fois aux exigences de la RT 2012 et qui permet, en rénovation, de bien isoler sans perdre inutilement des mètres carrés.

  1. European Organisation for Technical Agreement
  2.  United Kingdom Accreditation Service
  3.  Comité Français d’Accréditation

Sa performance thermique, testée dans les conditions d’étanchéité à l’air de la RT 2012 (0,6 m3 par m2 et par heure) est équivalente à 210 mm de laine minérale d’un λD = 0.04, certifiée ACERMI, soit d’un R = 5.25 m².K/W. Il permet de réaliser l’isolation et l’étanchéité en une seule opération car il est parfaitement étanche à l’air, à l’eau et à la vapeur d’eau (Sd > 100 m) et bénéficie de nouveaux bords décalés permettant une jonction des lés sans sur-épaisseur.

Son nouveau film externe est unique en son genre, anti-éblouissant et offrant une excellente émissivité pour un confort d’été toujours optimal. Enfin, il est classé A+ selon la norme ISO 16000 concernant le niveau de ses émissions de Composés Organiques Volatils (COV) dans l’air.

COMPACTIS, le premier panneau d’isolation hybride

Le panneau COMPACTIS est une solution triple fonction qui conjugue isolation, étanchéité à l’air et récupération d’énergie, de façon très simple. Spécialement conçu pour l’isolation des murs par l’intérieur et des toitures entre et sous chevrons, il peut être posé comme un isolant standard ou couplé à un système permettant de recycler une partie des déperditions thermiques de la paroi.

Cette fonction, appelée pariéto-dynamique, permet de récupérer les calories qui s’échappent par la paroi et de les réinjecter à l’intérieur via la ventilation mécanique contrôlée.

Le système pariétodynamique permet de réduire jusqu’à 40% les pertes énergétiques par renouvellement d’air et jusqu’à 20% les déperditions thermiques au travers de la paroi.

En version standard, COMPACTIS offre une résistance thermique R intrinsèque de 2,70 m².K/W en 100 mm d’épaisseur qui augmente à 3,36 m².K/W avec une lame d’air de 20 mm entre l’isolant et la plaque de plâtre. Etanche à l’air, à l’eau et à la vapeur d’eau (Sd > 100 m), il permet d’économiser l’emploi d’un pare-vapeur, d’autant que sa conception à bords décalés permet de réaliser une isolation parfaitement continue. Ultra-léger, il existe en 3 épaisseurs, 60,100 et 120 mm et en 2 formats, une grande largeur de 2600 x 1200 mm pour les murs et une petite largeur de 575 x 1200 pour la toiture.

Cet isolant sera commercialisé au 2ème trimestre 2012 avec un marquage CE.

ACTIS présent sur BATIMAT

A l’occasion de la nouvelle édition 2011 du salon BATIMAT, ACTIS vous invite à venir découvrir l’ensemble de sa gamme et à échanger autour de ses nouvelles solutions d’isolation sur son stand situé Hall 1 – Allée R – Stand 51.

A propos d’ACTIS :

ACTIS est une PME française basée en région Languedoc-Roussillon et spécialisée dans la conception et la fabrication de solutions d’isolation innovantes (isolants minces multicouches réflecteurs, isolants en fibres de bois, écrans de sous-toiture hautement perméables à la vapeur d’eau et pare-vapeur réflecteurs) pour le bâtiment (toitures, combles, murs et sols).

ACTIS a pour vocation de faire progresser l’isolation en proposant des solutions toujours plus efficaces en termes d’économie d’énergie et toujours plus respectueuses de l’homme et de l’environnement. L’entreprise est certifiée ISO 9001 (Qualité), ISO 14001 (Environnement) et PEFC. Chaque année ACTIS investit 5% de son chiffre d’affaires dans la recherche et le développement. Depuis 2003, la société ACTIS fait partie du groupe LAURENT THIERRY, fabricant de textiles techniques pour l’industrie automobile, un groupe qui compte 210 collaborateurs.

Contact presse :

– COHN & WOLFE – Cyndie MEDEIROS :

cyndie.medeiros@cohnwolfe.com

– ACTIS – Perrine PREVEL : perrine.prevel@actis-isolation.com

En savoir +

I. PRÉSENTATION DE LA RT 2012

La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite « RT 2012 ») pose des objectifs ambitieux en matière d’efficacité énergétique avec un maximum d’énergie consommée fixé à 50 kWhep/(m².an) en moyenne, divisant ainsi par 3 le niveau maximal de consommation fixé par la précédente RT 2005. Cette rupture majeure fait de la RT2012 une des réglementations les plus ambitieuses d’Europe.

Afin de concrétiser cet objectif d’efficacité, non seulement la RT2012 impose des normes élevées en matière d’isolation et de système énergétique, mais elle exige aussi une réduction des besoins dès la conception du projet avec des objectifs à atteindre en matière de conception bioclimatique et de confort d’été.

Cette réglementation ambitieuse, à la hauteur des enjeux environnementaux globaux, s’applique, depuis le 1er janvier 2013, à tous les bâtiments neufs, qu’ils soient à usage d’habitation ou à usage tertiaire.

En complément des obligations de résultat ont été créées de nouvelles exigences minimales de moyens, et un système d’attestations de prise en compte de la RT 2012, afin de garantir la bonne application de la réglementation. Enfin, le dispositif de gestion des exceptions et des innovations créé avec la RT2005 continue d’être appliqué pour la RT 2012.

Note : toutes les valeurs d’énergie sont exprimées en énergie primaire (ep). C’est l’énergie naturelle consommée, tandis que l’énergie finale (ef) est l’énergie produite, qui ne comprend ainsi pas les pertes dues à la production, au transport de l’énergie primaire et à l’efficacité des machines.

C’est la raison pour laquelle on parle du facteur 2,58 pour l’électricité :

Dans la production d’électricité en France, il faut multiplier par 2,58 la consommation d’électricité pour savoir quelle est la quantité d’énergie primaire qui a été utilisée (pétrole, uranium, vent, énergie solaire, eau).

Elle ne s’applique donc pas aux :

 Constructions provisoires prévues pour une durée d’utilisation égale ou inférieure à deux ans.

 Bâtiments à usage agricole, artisanal ou industriel, autres que les locaux servant à l’habitation, qui ne demandent qu’une faible quantité d’énergie pour le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire ou le refroidissement.

 Bâtiments servant de lieux de culte.

 Extensions des monuments historiques classés ou inscrits à l’inventaire en application du code du patrimoine.

 Bâtiments ou parties de bâtiment destinés à rester ouverts sur l’extérieur en fonctionnement habituel.

 Bâtiments ou parties de bâtiment qui, en raison de contraintes spécifiques liées à leur usage, doivent garantir des conditions particulières de température, d’hygrométrie ou de qualité de l’air, et nécessitant de ce fait des règles particulières.

 Bâtiments ou parties de bâtiment chauffés ou refroidis pour un usage dédié à un procédé industriel.

 Bâtiments situés dans les départements d’outre-mer.

Extensions de bâtiments existants :

Toute extension de ces bâtiments nécessitant un permis de construire est concernée au même titre par la RT 2012.

Rappelons que la Réglementation Thermique 2012 s’applique :

 Depuis le 28 octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU et les bureaux, les bâtiments d’enseignement et les établissements d’accueil de la petite enfance  Depuis le 1er mars 2012 pour les bâtiments d’habitation situés à une distance de moins de 500 m d’une zone ANRU.

Rappel sur les permis de construire

Pour mémoire, sont soumis à permis de construire tous les bâtiments neufs et les extensions de bâtiment existant de plus de 20 m² (40 m² dans certains cas, Article R*421-14 du Code de l’urbanisme)

VII. PAR RAPPORT À LA RT 2005

Ce qui ne change pas :

– Deux types d’exigences à respecter : exigences de performances globales et exigences minimales de moyens.

– 5 usages énergétiques : chauffage, climatisation, production d’ECS, éclairage et auxiliaires.

Ce qui change :

– Les exigences de performance énergétique globales sont uniquement exprimées en valeur absolue et non en valeur relative par rapport à une valeur de référence recalculée en fonction du projet.

– Introduction d’une exigence d’efficacité énergétique minimale du bâti pour le chauffage, le refroidissement et l’éclairage artificiel. Cette exigence prend en compte l’isolation thermique et permet de promouvoir la conception bioclimatique du bâtiment.

– Introduction de nouvelles exigences minimales de moyens : recours aux énergies renouvelables, traitement des ponts thermiques, traitement de la perméabilité à l’air des logements neufs.

Qu’est ce que le Bbio?

Le Bbio est le Besoin Bioclimatique de votre habitation. Pour répondre à la réglementation thermique RT2012 et ainsi obtenir l’attestation thermique RT2012, il faut que le Bbio de votre maison soit inférieur au Bbiomax défini dans la réglementation thermique RT2012.

Comment influencer sur le Bbio?

Comme vous avez pu le voir ci-dessus, le Bbio correspond aux besoins d’éclairage, de chauffage et de refroidissement :

Besoin en éclairage :

Influencer sur les besoins en éclairage sera la meilleure solution pour diminuer votre Bbio. Pour se faire il faut mettre le plus de surface vitrée possible pour faire entrer la lumière naturelle dans votre habitation.

Les surfaces vitrées permetent de diminuer les besoins en éclairage mais aussi vous apporte un meilleur confort de vie par l’apport d’éclairage naturel.

Besoin en chauffage :

Pour diminuer le besoin en chauffage et ainsi diminuer le Bbio, il y a plusieurs possibilités:

-mettre les surfaces vitrées du coté sud de votre habitation pour permettre aux rayons du soleil de chauffer l’intérieur de votre maison

-augmenter l’épaisseur des isolants pour éviter les pertes au niveau énergétiques des murs donnant sur l’extérieur

-diminuer les ponts thermiques par l’ajout de rupteurs de pont thermiques pour éviter les pertes énergétiques au niveau des fenêtres, des liaisons mur/sol …

Besoin en refroidissement :

Le besoin en refroidissement s’apparente au besoin en chauffage et a une constante plus importante pour les régions françaises les plus chaudes.