Aménagement combles : les démarches de A à Z

Vous souhaitez faire un aménagement de combles afin d’agrandir votre maison en faisant des économies ? Qu’il s’agisse de combles aménagées ou combles aménageables, et même de combles perdus, un certain nombre de déclarations administratives sont à faire avant que le premier coup de scie ne soit donné.

En premier lieu l’autorisation d’urbanisme, qui se sépare entre le permis de construire et la déclaration de travaux. C’est la surface de plancher supplémentaire créée (40 M2) qui déterminera si vous devez faire l’une ou l’autre des autorisations.

Ensuite, la recherche d’aides publiques qui vont vous faire économiser de l’argent et réduire la facture à régler. CITE, éco-prêt à taux zéro, aides de l’ANAH, taxe tva à 5,5 %, aides des collectivités territoriales, pacte énergie solidarité, chèque énergie. Il faudra constituer un dossier avec un dossier complet, c’est une démarche indispensable si vous voulez avoir la maîtrise de votre budget. Le prix est impacté par de nombreux facteurs, comme le type de toit, isolé ou non, la taille de l’extension ou surélévation , présence ou non de fenêtres, création d’un escalier etc… Enfin, l’affichage de l’autorisation d’urbanisme sur votre propriété, qui fait courir le délai de 2 mois donné aux tiers pour s’opposer éventuellement à votre projet.

Aménagement de combles :  permis ou déclaration ?

Votre projet prend forme dans votre esprit, et vous avez décidé d’aller plus loin. Première interrogation, faut-il un permis de construire pour votre aménagement de comble ? C’est une question récurrente posée par tous les particuliers. L’aménagement de combles leur semble une opération banale et sans conséquence. C’est une erreur, il faut passer par la mairie, même pour ce type de projet.

Cette autorisation comprend deux choses, la demande de permis de construire. Ou la simple déclaration de travaux. Ces dossiers servent aux pouvoirs publics de moyen de vérifier que vous respectez bien les règles urbanistiques en vigueur. Pour faire simple, au-dessus de 40 M2 de surface de plancher créée, le permis de construire est obligatoire. En dessous, il faut une simple déclaration de travaux. Sauf si votre commune n’a pas de plan local. Dans ce cas, le seuil de bascule se situe à 20 M2.

Quelles autorisations pour aménagement de combles ?

Les démarches pour aménager ses combles ne peut se faire sans, au préalable, avoir demandé une autorisation auprès des pouvoirs publics. Le document est rempli par vous, ou, le plus souvent, par un architecte, ou bien encore l’entreprise qui fera les travaux.

Nous l’avons vu, en fonction de l’espace et surface de plancher créées, cette autorisation prend des noms différents. Permis de construire pour une surface de plancher créée de plus de 40 M2.. Deux précautions doivent être prises pour ne pas perdre de temps pour votre permis d’aménagement de comble.

En premier lieu, faire une demande de certificat d’urbanisme, document qui va vous permettre d’avoir les éléments d’urbanisme à respecter pour votre rénovation. Et notamment ceux du plan local, précisément attachés à votre adresse. Ensuite, confier le soin de la réalisation de ces demandes à un professionnel. Les éléments à fournir sont nombreux, eux seuls ont les compétences pour qu’il n’y ait ni erreur ni oubli.

Quelle déclaration pour aménager ses combles ?

Les termes administratifs sont nombreux, et les appellations sont suffisamment proches pour générer de la confusion.

Quelle déclaration faut-il faire pour aménager ses combles ? Nous avons vu que deux cas de figure se présentent. Soit votre commune n’a pas de plan d’urbanisme. Dans ce cas, si votre surface de plancher créée par votre aménagement de combles dépasse les 20 M2, alors la déclaration à faire est en fait un permis de construire. En revanche, si la surface est inférieure à 20 M2, alors il vous suffit de faire une déclaration de travaux. Soit votre commune a un plan local, et la déclaration suffit quand votre surface supplémentaire reste sous la barre des 40 M2.

Mais il faut introduire ici une troisième variable pour que ce soit clair. Lorsque la surface totale dépasse les 150 M2, quelle que soit la surface supplémentaire ajoutée, il faut déposer un permis de construire. Pour finir, rappelons que la surface de plancher concerne toutes les surfaces dont la hauteur sous-plafond dépasse les 1.80 m. La déclaration attestant l’achèvement et la conformité des travaux (DAACT).

Quels formulaires remplir pour l’aménagement de ses combles ?

Afin de vous permettre de connaître rapidement les principaux formulaires, un rapide tour d’horizon s’impose. Tout d’abord, les documents qui doivent être remplis dans le cadre de travaux dans un grenier aménageable par exemple sont en général téléchargeables en ligne.

Cependant, votre maître d’œuvre, qu’il soit architecte, ou une entreprise spécialisée comme la nôtre, vous débarrassera de cette charge. Nos clients partent souvent avec une idée séduisante pour leur aménagement combles, comme construire une chambre parentale sous comble. Puis, lorsqu’ils constatent les lourdeurs administratives de l’opération, marquent une pause.

Ils n’ont pas nécessairement le temps de s’occuper des démarches, et la complexité est telle que parfois, ils renoncent à leur rêve. Pour éviter un tel écueil, voici quelques repères très utiles. Pour le permis de construire, c’est le formulaire Cerfa n° 13406*06. La déclaration de travaux a pour référence le Cerfa n° 13703*06. Quant à la DAACT, il s’agit du formulaire Cerfa n° 10867*07.

Aménagement de combles et création de surface de plancher

Le sujet est vaste et peut être complexe pour les non-initiés. Lors d’un aménagement de combles, que ce soit pour obtenir un permis de construire ou une simple déclaration de travaux, vous créez un agrandissement de maison. À cette occasion, votre architecte, ou l’entreprise spécialisée qui s’occupe de tout votre projet, réalisent des plans précis. Ces plans ont de multiples applications, dont la comptabilisation précise des surfaces que vous ajoutez. Cela sert ensuite de base aux collectivités locales pour établir la taxe d’habitation. Puis à l’administration fiscale pour calculer l’impôt foncier. Comment est établie cette surface de plancher ? Les mesures se font entre les murs nu intérieur de façade à façade. En soustrayant des surfaces calculées les épaisseurs de cloisons, les trémies, et les surfaces sous les hauteurs de moins d’1,80 m. Pour résumer, la surface de plancher ajoutée est la somme des superficies de vos combles où la hauteur est supérieure ou égale à 1,80 M. Hauteur mesurée du sol a plafond. Cette surface s’ajoute à la surface totale de votre maison, la surface ce plancher étant la somme de tous les niveaux construits.

Comment déclarer un aménagement de combles ?

L’aménagement de combles modifie la base de calcul utilisée par l’administration fiscale : la surface de plancher. Afin d’évaluer votre aménagement combles et impôts fonciers, vous pouvez en amont entrer en contact avec votre centre des impôts, qui procédera à une estimation.

Lorsque les travaux seront terminés, vous avez 90 jours pour retourner aux services fiscaux le formulaire de déclaration modèle H1 ou Cerfa 10867*07 ou encore numéro 6650 rempli (pour les maisons individuelles). Sont prises en compte pour calculer l’impôt foncier toutes les surfaces supplémentaires créées sous 1,80 m de hauteur.

L’aménagement de comble fait mécaniquement augmenter l’impôt foncier, vous devez intégrer cette donnée dans la budgétisation de l’opération. Les sommes peuvent être importantes, l’impôt foncier est à régler tous les ans, sans exception. Comme le principe de l’imposition est déclaratif, ce sont les éléments que vous communiquez qui servent de référence de calcul. En premier lieu pour la valeur locative cadastrale de votre bien, calculée grâce aux compléments chiffrés que vous transmettez par le document H1 pour une maison individuelle), ou H2 (pour un appartement).

Aménagement de vos combles : quelles déclarations effectuer ?

Que dit la loi ? On l’a vu, vous devez déclarer dans les 90 jours de la fin de vos travaux, ce qui a été réalisé. Un aménagement de combles est considéré comme un changement de consistance d’un volume. Parce que cela modifie sa superficie. La déclaration H1 ou Cerfa 10867*07 est ce document que vous pouvez télécharger, puis remplir et retourner à votre service des impôts ou votre trésorerie. Avec les informations que vous y mettrez, votre impôt foncier sera modifié en conséquence. Ce document est très précis, notamment dans ses parties 4 et 5.

Des éléments techniques sont à indiquer : types de matériaux, éléments de confort, nombres de pièces de moins de 9 M2 et de plus de 9 M2. N’hésitez pas à vous faire accompagner pour le remplir, toute erreur peut être sanctionnée. Ainsi, si vous ne l’avez pas faite dans les 90 jours suivant la fin de votre aménagement de combles, vous risquez une amende de 150 €. De plus, si elle comporte des omissions ou des inexactitudes, l’administration fiscale applique une amende de 15 € à chaque manquement. Cependant, vous pouvez, une fois l’imposition établie, contester la valeur cadastrale retenue, jusqu’au 31 décembre de l’année en cours.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter votre mairie au préalable pour exposer votre projet, suivant le fait que vous soyez en copropriété, les spécificités de votre toiture, la modification de la surface habitable, de la charpente, la situation de l’immeuble et tous renseignements utiles concernant votre projet de surélévation.